1. Accueil >
  2. Catalogue >
  3. Huiles naturelles >
  4. Huiles sans solvant >
  5. Lasures à l'eau 5161-5185
18-02-20

Lasures à l'eau 5161-5185

Huiles sans solvant

Lasures à l'eau 5161-5185

Prix conseillé : 31.40 €
Lasures à l'eau 5161-5185

Photos du produit

  • lasures-a-l-eau-5161-5185-44_3986c4ca.jpg
  • lasures-a-l-eau-5161-5185-44_191d19bd.jpg
  • lasures-a-l-eau-5161-5185-44_538fe7b1.jpg
  • lasures-a-l-eau-5161-5185-44_827833cf.jpg
  • lasures-a-l-eau-5161-5185-44_49da5e4b.jpg
  • lasures-a-l-eau-5161-5185-44_a9605564.jpg
 

Voir aussi

Diverses matières premières naturelles telles que des huiles végétales et des agents minéraux de protection contre les UV entrent dans la composition de ces lasures diluables à l’eau, exemptes de solvants organiques. Douées d’une perméabilité satisfaisante à la diffusion, ces lasures hydrofuges d’une grande élasticité forment un film superficiel résistant aux intempéries et présentant un aspect brillant et satiné. Elles satisfont à la norme européenne EN 71 Partie 3 « Sécurité des jouets » ainsi qu’à la norme DIN 53160 « Tenue à la transpiration et à la salive ». Ces lasures ont subi avec succès divers essais d’exposition aux intempéries effectués conformément à la norme EN 927-3 par l’IFT Rosenheim. Produits à usage intérieur et extérieur, conçus pour le traitement de tous les bois durs et tendres entrant dans la constitution des éléments suivants : fenêtres, portes, revêtements de façade, palissades, charpentes, etc. L’application de ces produits sur des éléments en bois bruts de sciage leur confère une coloration plus intense. L’application en intérieur de la lasure blanche atténue ou retarde l’assombrissement des bois clairs. Il faut s’abstenir d’appliquer ce produit sur les  surfaces intérieures de meubles ou dans des pièces humides caractérisées par une charge hydrique directe.

Les lasures BIOFA incolores (5175) et blanches (5177) ne sont pas adaptées à un usage en extérieur. Remarque : Ces lasures n’acquerront leur teinte définitive qu’après leur séchage complet.

Attention ! Les produits BIOFA ne peuvent que compléter le traitement de protection intégrée des boiseries. Dans la mesure où nous nous efforçons, autant que possible, de développer des produits exempts de substances toxiques, il faut toujours tenir compte de ce traitement de protection intégrée lors de la planification et de l’exécution des travaux (norme DIN 68800-2(4). Outre une construction correcte, la sélection appropriée de l’essence ou de la qualité du bois est déterminante (il faut impérativement respecter les normes DIN EN 350-2 relative aux classes de durabilité et DIN 68364 relative aux classes de résistance). Lorsqu’un traitement de protection chimique du bois s’avère inéluctable, il convient de se référer à la norme DIN 68800.

Etapes du processus

1. Prétraitement

Le support doit être sec (taux d’humidité du bois inférieur à 12 %), stable et propre. Poncer et nettoyer les anciennes couches de lasure à forte adhérence. Éliminer les couches écaillées, puis poncer et nettoyer le subjectile. En cas d’indispensabilité ou de nécessité, il y a lieu de procéder à l’exécution préalable d’un traitement antibleuissement. À l’extérieur, il convient de revêtir les panneaux en multiplex d’une couche de fongicide. Il convient de laver consciencieusement les essences tanniques (p. ex. chêne) ou tropicales (p. ex. framiré) avant de leur faire subir un premier traitement au white-spirit ou à l’alcool dénaturé, puis de les laisser sécher une nuit durant et de procéder à un ponçage intermédiaire.

2. Couche de fond

Remuer consciencieusement la lasure BIOFA que l’on appliquera à la brosse ou au pistolet.  Se servir exclusivement d’une brosse à laque ou à lasure acrylique à soies douces épissées. Appliquer consciencieusement cette lasure en couches fines et régulières dans le fil du bois. Rattraper systématiquement les coulures et gouttes de lasure en travaillant de manière régulière. Traiter d’abord complètement les zones et panneaux isolés.

En cas de coffrage extérieur, il convient de revêtir de lasure toutes les faces des planches de façade qui ne sont pas encore montées.

À l’intérieur, on peut diluer la lasure à 10 % max. en l’additionnant de diluant BIOFA 0500 pour en améliorer le séchage et l’aptitude au ponçage. 

Après séchage de la 1e couche, il convient de poncer la surface traitée au moyen d’un papier abrasif (grain 240) ou d’un tampon de ponçage fin sans en endommager les bords, puis de procéder à un dépoussiérage poussé.

Les lasures teintées se mélangent les unes aux autres dans des proportions quelconques. En intérieur, elles sont également mélangeables à la lasure incolore.

3. Couche intermédiaire et couche de finition

À l’extérieur, procéder à l’application de deux couches supplémentaires non diluées. À l’intérieur, travailler en fonction des besoins. En cas de problème de mouillage susceptible d’affecter le revêtement ultérieur, il convient de procéder à un ponçage fin de la surface traitée, puis de la nettoyer à l’alcool dénaturé.

Important : Il convient de procéder à un essai préalable ! Lors de l’application et du séchage, il faut veiller à une ventilation optimale à l’air frais ! S’abstenir de toute application si la température est inférieure à 12 °C, si le taux d’humidité de l’air est élevé et ses effets importants ou en cas d’exposition directe au rayonnement solaire les jours de canicule. Mélanger avant application le contenu des bidons de même teinte dont la charge diffère !

Lors de toute interruption et après l’achèvement d’une application à la brosse, il convient de laisser tremper l’outil dans du nettoie-brosses BIOFA 0600 concentré et de le laver soigneusement à l’eau avant toute réutilisation.

Il faut s’assurer de la compatibilité de tout mastic d’étanchéité élastique (p.ex. au niveau des fenêtres).

Il convient de revêtir de trois couches de lasure les châssis de fenêtre et autres éléments de construction raisonnablement exposés aux intempéries.

Les nouveaux éléments en bois à usage extérieur doivent être revêtus d’une couche de fond et d’une couche intermédiaire avant leur montage ou dans un délai de 14 jours. Il convient de leur appliquer une couche de finition dans un délai de 4 semaines à dater de leur montage.

En cas d’application optimale des couches de lasure, la durée du cycle de rénovation sera comprise entre 2 et 4 ans en fonction des contraintes. Si les surfaces traitées sont soumises à des contraintes extrêmes, il faudra vraisemblablement les retraiter plus tôt.

Application au pistolet

N’appliquer ce produit qu’au moyen d’un pistolet à godet et à air comprimé. Pression de l’air comprimé : 3 bars environ, diamètre des buses : 1,7 mm au minimum. En usage intérieur, cette lasure est diluable à l’eau jusqu’à 30 % tandis qu’en usage extérieur, elle est diluable à l’eau jusqu’à 10 %.

4. Nettoyage des outils

Il convient de laisser tremper les outils dans du nettoie-brosses BIOFA 0600 concentré et de patienter jusqu’au lendemain avant de les laver soigneusement à l’eau.

Le cas échéant, on répétera la procédure de lavage jusqu’à ce que les brosses soient débarrassées de tout résidu huileux. Rincer consciencieusement les outils de pistolage au moyen d’un mélange composé d’une part de nettoie-brosses pour dix parts d’eau. Dans les cas les plus récalcitrants, il convient d’employer le diluant BIOFA 0500.

5. Nettoyage et entretien des surfaces traitées

Les surfaces revêtues de lasures se lavent exclusivement à l’eau tiède additionnée d’un détergent doux et dilué tel que le nettoyant universel BIOFA NACASA 4010. Il faut impérativement s’abstenir d’utiliser tout détergent dur, solution savonneuse ou ammoniacale ainsi que tout produit ou ustensile de nettoyage et de récurage (microfibres).

Nous recommandons de soumettre, dès la deuxième année, toute menuiserie (fenêtres, portes, etc.) raisonnablement exposée aux intempéries à un examen annuel ou semestriel, après nettoyage au NACASA 4010, et de remédier immédiatement à toute dégradation superficielle. Il faut s’abstenir de différer trop longtemps l’application des couches de rénovation requises afin de prévenir l’apparition des dégradations qui suivent : attaque fongique, gondolage, grisaillement, écaillage, fendillement, etc. 

Séchage

Couche hors poussières au bout de 6 à 12 heures, ponçable et recouvrable au bout de 16 à 24 heures (à 20 °C / taux d’humidité relative de l’ordre de 50 à 55 %).

Des températures plus basses, une hygrométrie

élevée, une forte teneur en tanins ou la présence d’éléments en bois tropicaux peuvent occasionner des temps de séchage plus importants.

Conditionnements

  • 1L (12-14m²) : 31.40€
  • 2.5L (22-45m²) : 66.45€

Composants

Eau, huile de lin, huile de ricin, huile de chardon, standolie d’huile pyroligneuse, huiles végétales modifiées, huile rouge de Turquie, terre diatomée (5175 et 5177 uniquement), pigments en fonction de la teinte, dioxyde de titane, émulsifiant, siccatif à base de zirconium et de fer, agent épaississant. 

Consommation / rendement par couche    

La consommation dépend considérablement de l’état et de la porosité du subjectile. Sur les éléments en bois lisse et poli, on relève les valeurs moyennes suivantes : 

1e couche : 80 à 100 ml/m² ou bien 9 à 12 m²/l.

2e couche : 60 à 80 ml/m² ou bien 12 à 16 m²/l.

3e couche : 55 à 75 ml/m² ou bien 13 à 18 m²/l.

En cas de traitement de bois bruts de sciage, la consommation est susceptible d’être multipliée par un facteur 2 à 2,5 !

Entreposage

Au sec, au frais mais à l’abri du gel et dans des bidons hermétiquement fermés. Se servir rapidement des bidons entamés. Formation éventuelle d’une peau. Éliminer cette peau avant toute utilisation ultérieure. Procéder à un filtrage éventuel avant réutilisation !

La durée minimale de conservation des bidons non entamés s’élève à deux ans !

Bidons

Bidons ou seaux en tôle émaillée d’un capacité de 1 l / 2,5 l .

Consignes de sécurité

Attention ! Laver les chiffons et vêtements imbibés de ce produit, puis les laisser sécher sur une surface ininflammable (risque d’auto-inflammation !). Le produit en tant que tel n’est pas spontanément inflammable ! Produit à entreposer hors de la portée des enfants. Si la consultation d’un médecin s’impose, il faut garder à disposition le récipient ou l’étiquette. Éviter tout contact avec les yeux, la peau ou les vêtements. Veiller à une protection suffisante de la peau ! En cas d’application au pistolet, il faut s’abstenir d’inhaler tout brouillard de pistolage et enfiler un masque de protection respiratoire approprié. À n’utiliser que dans des zones convenablement ventilées. Le port d’un masque à poussières fines est impératif lors du ponçage. Une odeur caractéristique risque de se répandre en raison de l’utilisation de matières premières naturelles.

Élimination

Il convient de se débarrasser des résidus liquides ainsi que des bidons non nettoyés et non vidangés auprès d’un centre de collecte pour peintures et laques périmées ou de procéder à leur élimination conformément aux dispositions légales en vigueur. Après séchage, les résidus et chiffons imbibés peuvent être enlevés avec les ordures ménagères.

Seuls les bidons nettoyés et vidangés peuvent être recyclés.

 

Code des déchets AVV conforme à la liste européenne des déchets : 08 01 12

 

 

Étiquetage relatif aux COV conforme à la directive Decopaint et à l’ordonnance ChemVOCFarbV pour les produits 5101, 5161-5185, 5175 : Valeur limite UE (cat. A/e) : 130 g/l (2010).

La teneur maximale en COV des produits 5175, 5101, 5161-5185 s’élève à 1 g/l.

 

GISCODE : M-DF 03

 

 
 
Close